Le stress, un ennemi ou un allié ?

Le stress est probablement une des composantes importante de tous les maux modernes. On lui attribut certains troubles psychiatriques, des dérèglements hormonaux, des troubles de régulation du métabolisme ainsi qu’une baisse générale de l’état de santé des individus qui subissent un stress chronique. Le stress est, comme je l’ai déjà mentionné dans d’autres articles, un comportement normal du corps afin que nous réagissons de façon appropriée à notre environnement. Par contre, la perception de notre environnement peut changer d’un individu à l’autre c’est entre autre pourquoi certains n’éprouverons aucun stress lors d’une situation, tandis que d’autres en éprouverons. La manière dont le corps se maintient et le temps qu’il se maintiendra en situation de stress chronique est aussi unique à chacun.

Le stress assure physiologiquement des réponses favorisant à court terme l’action et la performance. À long terme, le foie produira du sucre (glucose) qu’il mettra à la disposition des cellules du corps via le sang en prévision d’un effort soutenu de l’organisme. Le stress permettra d’activer des voies endocrinienne afin d’assurer la fabrication du cortisol (L’hormone du stress!) qui a des effet anti-inflammatoires à court terme, mais qui à long terme affaibli le système immunitaire. Le corps s’amaigrit puisque l’énergie est puisé dans toutes nos ressources en réserves; gras et muscles.

Le stress est donc excellent quand on le vit sur de courtes durées, il augmente la vigilance, la mémoire et les performances mais il peut être problématique lorsqu’il est chronique. Il est donc impératif de définir quels sont les facteurs stressants, de les éliminer si c’est possible ou de mieux les gérer si l’on ne peut les faire disparaître. La performance au travail, les performances athlétiques, les sessions d’examen, les séparations, le deuil d’un être cher, la perte d’emploi, les difficultés financières sont quelques exemples de situation qui peuvent augmenter considérablement la réponse corporelle au stress. Les troubles résultant ayant comme facteur de risque le stress chronique sont : l’hypertension, le diabète de type 2, l’arythmie et plusieurs autres maladies cardiovasculaires, La dépression, la douleur chronique, les troubles digestifs, l’insomnie en sont quelques exemples.

 

Comment apprendre à apprivoiser le stress demande de la patience et de la motivation. Plusieurs techniques peuvent réduire ce dernier. Tout d’abord une alimentation riche en antioxydants (fruits et légumes variés de toutes les couleurs) peuvent protéger votre corps contre le stress oxydatif, (les effets biochimiques malins du stress) qui peuvent affecter les cellules de votre corps. Plus notre alimentation est variée et riche en aliments non transformés, plus le corps obtient tous les nutriments, les vitamines et les minéraux en bonne quantité pour paliers contre les agressions provoquées par le stress. Faire de l’activité physique modérée, préférez les activité qui vous plait, trois fois par semaine permet aussi de relâcher les tensions musculaires créer par le stress et de sécréter des endorphines, des neurotransmetteurs libérés au niveau du cerveau, qui donne une sensation d’euphorie et de plaisir, (ils sont 200x plus puissant que la morphine !) Si votre environnement vous le permet, un bon sommeil est impératif, c’est grâce au sommeil que le corps se répare, et se régénère et cela permet aussi d’assurer une résistance au stress. Ces petits trucs peuvent, à eux seuls, améliorer votre niveau de stress.

Des professionnels de la santé peuvent aussi vous aider, les psychothérapeutes ces derniers vous aideront à cerner les facteurs stressants dans votre vie et vous aiderons à les éliminer ou à mieux composer avec eux. Les ostéopathes et massothérapeutes peuvent vous aider à libérer les tensions créées par le stress. Si c’est possible de le rencontrer, votre médecin de famille peut aussi vous suggérer certaines techniques de relaxation (méditation, yoga,  etc.) pour vous libérer du stress. Des exercices de visualisation où vous pouvez vous remémorer des événements heureux et sereins avant un stress aigu comme une rencontre avec un patron influent que vous redoutez, des présentations devant publics ou auditoires, soumission de thèse etc. peuvent limiter les dégâts que le stress peut faire sur votre corps.

Finalement il existe des applications pour téléphones intelligents qui aident à gérer le stress et qui demande que quelques minutes par jour. Breath2Relax est gratuit et offre des exercices de respiration que l’on peut faire au bureau ou entre deux sessions d’étude. IDStress offre plusieurs traitements pour gérer les symptômes de stress aigu et chronique. Zéro stress une application payante mais très abordable offre plus de 3h30 de formation qui aide à la compréhension des facteurs de stress et offre aussi plusieurs exercices faciles à réaliser pour se débarrasser du stress.  (il en existe une panoplie).

 

Avec toutes ces possibilités, malgré le fait que nous ayons tous des vies trépidantes, il est possible de concilier le tout sans avoir à subir les effets secondaires du stress chronique. Grâce à la gestion du stress, des maladies comme, les troubles anxieux, certains troubles psychiatriques, métaboliques et hormonaux, peuvent être plus facilement traitables ou dans le meilleur des cas disparaître.

 

Références

  • Antoni, M. H., & Dhabhar, F. S. (2019). The impact of psychosocial stress and stress management on immune responses in patients with cancer. Cancer125(9), 1417-1431.
  • Lancry, A. (2007).Incertitude et stress (Vol. 70, No. 3, pp. 289-305). PUF.
  • Das, S., & O’Keefe, J. H. (2006). Behavioral cardiology: recognizing and addressing the profound impact of psychosocial stress on cardiovascular health. Current atherosclerosis reports8(2), 111-118.
  • Selye, H. (1956). The stress of life.
  • Schetter, C. D., & Dolbier, C. (2011). Resilience in the context of chronic stress and health in adults. Social and Personality Psychology Compass5(9), 634-652.
  • Servan-Schreiber, D. (2003).Guérir le stress, l’anxiété et la dépression S18 (p. 340). Robert Laffont.
  • Edwards, D., & Burnard, P. (2003). A systematic review of stress and stress management interventions for mental health nurses. Journal of advanced nursing42(2), 169-200.
  • March, J. S., Amaya-Jackson, L., Murray, M. C., & Schulte, A. (1998). Cognitive‐Behavioral Psychotherapy for Children and Adolescents With Posttraumatic Stress Disorder After a Single‐Incident Stressor.Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry37(6), 585-593.
  • Mariotti, A. (2015). The effects of chronic stress on health: new insights into the molecular mechanisms of brain–body communication. Future science OA1(3).
  • Katz, R. J., Roth, K. A., & Carroll, B. J. (1981). Acute and chronic stress effects on open field activity in the rat: implications for a model of depression.Neuroscience & Biobehavioral Reviews,5(2), 247-251.
  • Chandola, T., Brunner, E., & Marmot, M. (2006). Chronic stress at work and the metabolic syndrome: prospective study.Bmj332(7540), 521-525.¸
  • Biebuyck, J. F., & Phil, D. (1990). The metabolic response to stress: an overview and update.Anesthesiology73(4), 308-327.
  • Juster, R. P., McEwen, B. S., & Lupien, S. J. (2010). Allostatic load biomarkers of chronic stress and impact on health and cognition. Neuroscience & Biobehavioral Reviews35(1), 2-16.

Laisser un commentaire